Hyper-cholestérolémie

Le cholestérol est un corps gras indispensable à notre organisme. Il intervient dans la fabrication de nombreuses hormones et dans la structure des membranes de nos cellules. Mais trop de cholestérol peut mettre en danger notre santé. On estime en France à 12 millions le nombre de personnes ayant un excès de cholestérol. Le taux de cholestérol augmente avec l’âge et son excès aboutit après plusieurs années à une altération des qualités physiques des artères que l’on appelle l’artériosclérose, responsable d’accident vasculaire cérébral, d’infarctus et d’artérite.

INTRODUCTION

On distingue deux types de cholestérol : 

Le « mauvais cholestérol » : LDL-C : en trop grande quantité, il favorise la formation de dépôts sur les parois artérielles (athérome).

On retrouvera un taux élevé de LDL–C en cas de : 

  • Hérédité
  • Alimentation trop riche en graisses animales ou en cholestérol
  • Surpoids obésité
  • Activité physique insuffisante
  • Sexe masculin : les hommes ont plus de cholestérol que les femmes.
  • Diabète.
  • Hypothyroïdie.
  • Maladie du foie et des reins.

Le « bon » cholestérol : HDL-C : ce cholestérol piège le LDL en excès dans le sang et le transporte vers le foie pour y être éliminé. Un taux élevé de bon cholestérol a donc un effet protecteur vis-à-vis des maladies cardio-vasculaires.

DÉPISTAGE DE L’HYPERCHOLESTÉROLÉMIE

Il se fait par une prise de sang systématique tous les 3 ans chez l’homme et tous les 5 ans chez les femmes à partir de 50 ans. En cas d’anomalie, un deuxième contrôle est nécessaire.

TRAITEMENT

Le régime est indiqué dans tous les cas.

Ce sont des conseils d’hygiène de vie et de diététique

  • Limiter la consommation d’aliments riches en graisses saturées et en cholestérol
    En évitant le beurre pour cuisiner 
    En diminuant la charcuterie 
    En évitant de manger du fromage à tous les repas. 
    En diminuant de moitié la consommation d’œufs
  • Augmenter l’apport des fibres alimentaires qui diminue l’absorption intestinale du cholestérol alimentaire : augmenter l’apports en fruits, légumes, céréales complètes.
  • Privilégier l’apport des acides gras insaturés :
    • Huile de colza, de noix, d’olive.
    • Manger du poisson, même gras, au moins une fois par semaine.
    • Manger des noix.

En cas de surpoids les principes restent les mêmes en rajoutant un régime hypocalorique, une activité physique régulière, l’arrêt de l’alcool et l’arrêt du tabac.

MÉDICAMENTS HYPOCHOLESTÉROLÉMIANTS

Seul votre médecin saura fixer le seuil de cholestérol LDL au-delà duquel es médicaments deviennent nécessaires.
Ce seuil est variable d’une personne à l’autre et dépend du nombre de facteurs de risques cardio- vasculaires présents chez cette même personne.
Le traitement médicamenteux intervient après l’échec d’un régime bien suivi pendant trois mois.
Les statines et les fibrates sont les deux molécules principales pour traiter le cholestérol.
Les statines sont les plus efficaces et les plus utilisées.
Elles ont fait la preuve de leur efficacité en termes de mortalité par maladie cardio-vasculaires.
Les effets secondaires les plus fréquents sont les douleurs musculaires et l’augmentation des transaminases qui peuvent contre-indiquer la poursuite du traitement

CONCLUSION

L’hypercholestérolémie n’est pas une maladie en soi. Ce n’est jamais une urgence thérapeutique. Elle reste contrôlable par l’acquisition de bonnes pratiques alimentaires et d’une nouvelle hygiène de vie. Les médicaments quand ils sont devenus nécessaire ont grandement amélioré le pronostic des patients souffrant de maladies vasculaires.


Conseils écrits par le Dr Agnès Gepner

Directrice de l’équipe médicale

Mise en ligne le 28 octobre 2019