Fibromyalgie

La fibromyalgie est un syndrome contesté en raison du fait qu’il n’existe aucune traduction biologique d’un ensemble flou de nombreux symptômes. Douleurs articulaires, fatigue, troubles du sommeil, la liste est longue et bien peu spécifique… Il semble qu’aux USA, cette pathologie soit bien mieux reconnue qu’en France – elle représenterait 10 % des cas d’invalidité. Après sa description par un psychiatre dès 1975, la fibromyalgie est reconnue par l’OMS depuis 1992, mais demeure mal connue (et donc mal reconnue) en France.

SYMPTÔMES

Les douleurs diffuses associées à la fatigue sont les principaux symptômes – mais l’absence de symptômes biologiques évocateurs d’inflammation rend leur caractérisation et leur reconnaissance difficiles.

La liste des symptômes possible est longue et non exhaustive :

  • Maux de tête,
  • Douleurs musculo-tendineuses
  • Anxiété, troubles du sommeil
  • Colopathie fonctionnelle et règles douloureuses
  • Etc.

Au bout de quelques mois, les patients sont épuisés, les arrêts de travail se multiplient, et même les activités quotidiennes peuvent être entravées.

ORIGINE DE LA MALADIE

On pense que la fibromyalgie serait la résultante de plusieurs facteurs :

  • Un abaissement du seuil de la sensibilité douloureuse (et donc une sensibilité accrue aux douleurs)
  • Des facteurs traumatiques (pouvant avoir eu lieu dans l’enfance),
  • Un contexte de stress, de surmenage
  • Et peut-être des facteurs génétiques.

COMMENT FAIRE LE DIAGNOSTIC ?

La fibromyalgie demeure un diagnostic fait par élimination : Les examens cliniques, radiologiques et biologiques sont normaux et donc, en l’absence de critères objectifs et biologiques, on peut éliminer de nombreux diagnostics.

TRAITEMENT

Le traitement de la fibromyalgie est multiple :

  • Le traitement médicamenteux de la fibromyalgie comporte essentiellement des antalgiques habituels (paracétamol par exemple), certains anticonvulsivants et certains antidépresseurs (actifs même en l’absence de syndrome dépressif, grâce à leur action sur les neuromédiateurs).
  • Les traitements non médicamenteux ont pour objectif d’améliorer la qualité de vie : activité physique modérée et régulière, kinésithérapie, massages, séances de piscine, relaxation, sophrologie, yoga, cures de compléments alimentaires, etc.


Conseils écrits par le Dr Agnès Gepner

Directrice de l’équipe médicale

Mise en ligne le 28 octobre 2019

Les symptômes couramment consultés autour de vous