La rougeole

La rougeole est une infection virale très contagieuse et potentiellement grave en raison des complications qu’elle peut entraîner. Alors qu’elle avait quasiment disparu en France, il existe depuis quelques années une recrudescence du nombre de cas, en raison notamment d’un recul de la vaccination. Dans les pays émergents, la rougeole est responsable de nombreux décès chez les enfants – là encore en raison de l’absence de vaccination.

SYMPTÔMES

L’éruption est précédée d’une phase dite « d’invasion » de 3 à 4 jours avec de nombreux signes non spécifiques comme une fièvre souvent élevée, un larmoiement avec des yeux gonflés, un écoulement nasal et une toux, parfois une diarrhée, une altération de l’état général. L’enfant est fatigué, geignard et refuse de manger.
A ce stade, seul le signe de Koplik permet le diagnostic : c’est une éruption de points blancs sur la muqueuse interne de la joue qui est rouge et douloureuse.
Ensuite seulement apparaît l’éruption, d’abord au niveau du visage puis s’étendant ensuite sur tout le corps. Il s’agit de plaques rouges, confluentes, en relief, conservant des intervalles de peau saine. Cette éruption s’accompagne des signes persistants observés en phase d’invasion.
Au bout de quelques jours, l’éruption disparait et avec elle, la fièvre et les signes généraux. La guérison complète demande une dizaine de jours.

Ce sont les complications possibles de la rougeole qui justifient une surveillance attentive :

  • Bronchites et pneumopathie aiguë pouvant entraîner des séquelles respiratoires. Rarement, il s’agit d’une rougeole pulmonaire maligne avec détresse respiratoire,
  • Complications infectieuse bactérienne respiratoire
  • La méningo-encéphalite rougeoleuse est redoutable : apparition d’un coma fébrile, de convulsions accompagnées de troubles neurologiques divers… la guérison ne se fait sans séquelle que dans la moitié des cas.
  • Rarissime est l’encéphalite de Von Bogaert, qui survient très tardivement après une rougeole (plusieurs années d’incubation) et se termine généralement par le décès.

Comme toutes les maladies infectieuses, la rougeole a des conséquences plus graves chez les enfants porteurs d’une pathologie connue : affections respiratoires (mucoviscidose notamment), pathologies cardiaques, pathologies neuro-musculaires, etc.

LE TRAITEMENT CURATIF

Comme pour toutes les infections virales, les antibiotiques ne seront indiqués qu’en cas d’infection bactérienne surajoutée – notamment broncho-pulmonaire.
Sinon, le seul traitement est celui des symptômes :

  • Médicaments contre la fièvre,
  • Faire boire beaucoup,
  • Repos.

LA PRÉVENTION REPOSE SUR LA VACCINATION !

Le ROR (vaccin contre la rougeole, la rubéole et les oreillons) est recommandé chez tous les enfants dès l’âge d’un an et comporte un rappel 6 mois plus tard.

Par ailleurs, pour réduire les risques de contagion de l’entourage, les mesures d’hygiène sont importantes à respecter :

  • Pas d’école ni de crèche pendant une semaine
  • Se laver les mains régulièrement et utiliser des solutés hydro-alcooliques
  • Nettoyage du nez au sérum physiologique ;
  • Utiliser des mouchoirs jetables ;
  • Nettoyer soigneusement les objets utilisés par l’enfant (vaisselle, jouets)
  • Aérer son intérieur une fois par jour pendant environ 20 minutes ;


Conseils écrits par le Dr Agnès Gepner

Directrice de l’équipe médicale

Mise en ligne le 28 octobre 2019