Urticaire

L’urticaire est une pathologie aiguë fréquente de la peau qui se manifeste par une éruption souvent brutale de plaques rouges, en relief, souvent très prurigineuses. Les crises d’urticaire sont d’évolution le plus souvent très rapide mais il existe (bien plus rarement) des formes d’urticaire chronique.

INTRODUCTION

L’urticaire est provoquée par l’activation d’une catégorie spécifique de globules blancs appelés mastocytes, engagés dans les réactions immunitaires de l’organisme. L’activation mastocytaire libère l’histamine, une molécule impliquée dans le déclenchement des réactions inflammatoires, responsable d’une vasodilatation laissant fuir le plasma dans les tissus environnants – c’est ce qui provoque l’œdème, très fréquemment associé à l’éruption.

SYMPTÔMES

L’urticaire est une éruption cutanée superficielle généralement brutale, pouvant rester localisée ou toucher toute la surface cutanée.

Les plaques sont épaisses, arrondies et limitées ou au contraire en carte de géographie (urticaire géante) et provoquent des démangeaisons intenses.

En principe, tout disparaît en quelques heures.

Il peut arriver que l’éruption intéresse aussi les tissus plus profonds et s’associe à un œdème des muqueuses, notamment au niveau des voies respiratoires, ce qui peut provoquer des difficultés respiratoires (il s’agit alors d’un œdème de Quincke). Les yeux peuvent être gonflés, ainsi que les lèvres, et parfois de façon impressionnante.

Habituellement la poussée d’urticaire demeure unique (urticaire aiguë) mais l’urticaire peut également être chronique avec plusieurs poussées rapprochées évoluant sur quelques semaines.

QU’EST-CE QUI DÉCLENCHE L’URTICAIRE ?

  • Le plus souvent, il s’agit d’une réaction allergique à un produit alimentaire (fraises, poissons, ananas, kiwi, crustacés, tomates, cacahuètes, noix, etc.) ou médicamenteux (antibiotiques notamment, aspirine, antiinflammatoires, etc.).
  • Mais il existe des urticaires déclenchées par le froid, la chaleur, le soleil, un contact avec certaines plantes, des produits ménagers, le contact avec des animaux, etc.

Les poussées d’urticaire allergique disparaissent en général dès la suppression de l’élément déclenchant (allergène).

Il existe aussi des poussées d’urticaire apparaissant dans le sillage d’autres pathologies : certaines infections virales ORL ou respiratoires, notamment chez l’enfant, certaines infections parasitaires – ou encore des affections dites auto-immunes (maladies thyroïdiennes comme le Basedow ou la thyroïdite d’Hashimoto).

TRAITEMENT

Les traitements locaux (pommades) sont inutiles.

Le traitement de la poussée aiguë repose sur les antihistaminiques (il en existe de nombreux : ATARAX, PHÉNERGAN, THÉRALÈNE, PRIMALAN, VIRLIX, ZYRTEC, etc.).

Celui de l’urticaire chronique repose sur d’autres classes thérapeutiques, agissant également sur l’immunité : CICLOSPORINE, corticoïdes par voir générale.

Il faudra bien sûr informer le patient de l’allergène en cause et lui indiquer toutes les classes d’aliments ou de médicaments à supprimer définitivement.

Le cas particulier de l’œdème de Quincke : c’est une urgence médicale, idéalement prise en charge dans un service d’Urgences. Les corticoïdes injectables d’action rapide sont systématiques, éventuellement des bronchodilatateurs si une crise d’asthme est associée. Rares heureusement sont les œdèmes de Quincke majeurs qui vont nécessiter une trachéotomie en urgence pour éviter l’asphyxie.


Conseils écrits par le Dr Agnès Gepner

Directrice de l’équipe médicale

Mise en ligne le 28 octobre 2019

Les symptômes couramment consultés autour de vous